Se taire pour faire parler

Avez-vous déjà vécu une situation où vous discutez avec quelqu’un, il vous répond, s’arrête, et vous sentez que ce n’est pas encore tout à fait terminé ? Alors vous attendez un peu… Et la personne rajoute quelque chose.

Le silence fait partie des techniques d’écoute et il est temps de s’y intéresser. La question c’est : « Comment savoir quand faire une pause et quand parler ». Car à toujours vouloir réagir, on risque de couper l’envie à l’autre de parler. Aujourd’hui venez comprendre comment être plus impactant en vous taisant !

Lors de mes premières interviews, il m’arrivait d’avoir « peur du silence ». Après un échange, je sentais le stress arriver : j’avais peur de ne pas savoir quoi répondre et de passer pour un idiot. Du coup, j’avais tendance à ne jamais laisser de blanc après que la personne ait répondu.

Et pourtant, quelle erreur ! Le silence est une technique puissante qui permet de faire plusieurs choses :

  • laisser réfléchir l’autre
  • montrer son non jugement

Rentrons dans le détail.

Les 2 intérêts du silence : réflexion et non jugement

Le silence permet à l’autre de réfléchir sur quelque chose qu’il vient de dire. Généralement, on entend quand quelqu’un n’a pas terminé sa phrase, puisque sa voix ne va pas baisser sur la fin. « Ca je m’en souviens, elle m’avait dit d’arriver à 9h… Non, non, non, c’était en fait 11h. J’ai confondu, elle m’a dit d’arriver à 11h. » Dans ce cas, couper l’autre à ce moment là nous aurait amené une réponse erronée.

Le silence permet aussi de ne pas montrer son jugement. Quand quelqu’un a envie de nous dire quelque chose de gênant ou honteux, cette personne aura tendance à tâter le terrain. Et le fait de ne pas réagir va pousser l’autre à en dire plus. « Ouais, ça s’est pas bien passé entre nous… Ca s’est même très mal passé. En fait, c’est moi qui l’ai insultée, j’en pouvais plus de cette situation. » Ce n’est évidemment pas le seul moyen de faire parler cette personne, mais cette technique est efficace en plus d’être facile à faire.

Faites donc attention à ne pas chercher à répondre trop vite lors de vos échanges. Mais soyez quand même vigilants sur un point : lorsque vous respectez un silence et que l’autre rajoute quelque chose derrière, on appelle ça un « silence plein ». Au contraire, quand quelqu’un baisse la voix après une phrase, c’est qu’il a fini. Rebondissez alors sur autre chose ! Le fait de laissez un silence derrière ne sera pas idéal… Et sera même gênant sin on ne répond pas. C’est ce qu’on appelle le « silence vide ».

Et n’oubliez pas, en écoute active, la star c’est l’autre, pas vous. Ne cherchez pas à briller en montrant que vous avez des questions à poser. Personne ne vous en voudra si vous réfléchissez quelques secondes à la prochaine question que vous allez poser. En une phrase, « n’ayez pas peur du silence ! ».

Le challenge que je vous propose

Le challenge que je vous propose aujourd’hui est le suivant : la prochaine fois que vous avez envie de répondre, dans un débat par exemple, essayez de rester silencieux et voyez ce qu’il se passe. Et racontez-moi cette expérience en commentaires 😉

Pour aller plus loin sur l’écoute active, le cours est dispo ici !

Vous préférez écouter le silence en vidéo ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.