Comprendre ses émotions

Connaissez-vous Vice-Versa, ce film de Pixar où on va suivre les émotions de Riley, une jeune ado. A un moment donné, il y a 2 émotions qui se font la malle : joie et tristesse. Ca va rendre la pauvre Riley un peu perdue avec ses émotions et elle ne va pas vraiment savoir comment réagir.

La question c’est : « Comment comprendre ses émotions ». Parce que parfois, on ne sait pas comment réagir et les impacts derrière ce qu’on a fait peuvent être assez graves. Aujourd’hui, l’enjeu c’est de comprendre comment on peut arriver à mieux comprendre le monde qui nous entoure grâce aux émotions.

Qu’est-ce qu’une émotion ?

Alors une émotion c’est quoi ? C’est une réaction du corps qui va nous pousser à bouger. Et quand je parle de réaction, on voit bien qu’il n’y a pas de notion de positif ou de négatif. C’est vraiment notre corps qui va nous passer un message et derrière il va y avoir un besoin. Pour pouvoir comprendre les émotions, j’utilise un modèle de Paul Ekman, un psychologue américain. Je vais utiliser 4 émotions, joie, colère, peur et tristesse, qui vont me permettre de comprendre le monde autour de moi. Comme je l’ai dit, derrière chaque émotion il va y avoir un message et un besoin. Rentrons dans le détail.

Les 4 émotions que j’utilise

D’abord la joie. La joie c’est un succès, un accomplissement. Et le besoin derrière est un besoin de partage, tout simplement. Finalement, c’est pas si déconnant de voir dans les réseaux sociaux une photo de bébé, une photo de vacances ou même une photo de nourriture. C’est juste un moment qui nous a plu et qu’on a envie de partager. Et quand en plus derrière on va réagir, on va commenter, on va liker, ça entretient cette émotion de joie.

La peur maintenant. Le message c’est le danger, l’inconnu. Et le besoin derrière c’est un besoin de protection. La peur, comme toutes les émotions, va du petit stress à la terreur. Il y a en fait toute une nuance derrière ça. Et l’exemple que je vais donner c’est celui des examens. Tant que je n’ai pas mes notes, je vais stresser, je ne vais pas être bien, jusqu’à temps d’avoir mon résultat et d’être rassuré par rapport à ça. Ou alors j’ai une note qui est pas terrible et je passe plutôt dans une émotion de tristesse.

Troisième émotion, c’est la colère. D’abord la colère c’est une interférence par rapport à ce qu’on voulait faire. Et le besoin derrière, c’est un besoin d’être reconnu, entendu. A partir du moment où j’ai pu exprimer ce que j’avais sur le coeur, ça va mieux. Parfois ça va plus loin et ça va heurter nos valeurs. Et à ce moment là, le besoin c’est de dire stop, de poser ses limites.

La dernière émotion c’est la tristesse. Le message c’est la perte et le besoin va se décomposer en 2 phases : d’abord il y a la phase avant le deuil. On est encore dans le déni, on a pas complètement assumé cette perte. Et bien là, c’est un besoin de réconfort. Et une fois qu’on a fait le deuil, c’est-à-dire qu’on a accepté cette perte, et bien le besoin c’est de reprendre le contrôle, de bouger, mais il faut que ça vienne de nous-même.

Et là je fais une parenthèse. Ne confondez pas peur et tristesse. La peur ça peut venir de l’extérieur, le besoin de sécurité. La tristesse, ça doit venir de nous. C’est nous qui reprenons l’action.

Modèle simplifié des émotions de base

Le challenge que je vous propose

Essayez de bien identifier vos émotions la prochaine fois que vous allez en ressentir. Est-ce que c’est de la peur, de la colère ou de la tristesse. Cette première étape vous permettra de faire un pas dans l’empathie.

Continuez en découvrant comment réagir face aux émotions : c’est ici !

Pour aller plus loin sur les émotions, le cours est dispo ici !

Vous préférez voir les émotions en vidéo ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.